Quelques mots

En littérature, je me considère comme un électron libre. La famille où je suis née était avantageusement installée dans cet univers. Les conditions étaient réunies pour que je fasse mon chemin tranquillement dans une carrière d'écrivain.

Cela ne s'est pas du tout passé ainsi. Tantôt les circonstances ont fait basculer ma vie loin de l'édition, tantôt j'ai agi a contrario de ce qui aurait été raisonnable de faire pour m'y construire une place. Poussée par des pulsions très profondes d'indépendance, de liberté, j'ai emprunté des chemins de traverse pour affirmer ma vocation.

 

Dès l'enfance, j'ai vécu sous l'emprise de l'écriture comme si ma vie exigeait d'être nourrie de mots. Cette activité n'était pas une volonté ni un rêve d'avenir - je n'ai jamais eu envie de devenir écrivain ou poète -, je me suis trouvée l'être avant de pouvoir choisir quoi que ce soit.

 

Bien sûr, la plupart du temps des éléments biographiques expliquent ce genre de vocation irrésistible, par exemple une grande solitude enfantine due à l'absence d'amour parental dans mon cas. Mais derrière cet écran rationnel, il doit bien exister une autre origine à ce désir de prolonger le réel par des oeuvres d'imagination, répliques fantasmatiques de ce monde qui nous entoure.

 

me contacter